Pause




Alors que les paroles de cette chanson résonnent encore au fond de son être, elles prennent tout leurs sens. Ce n'est pas seulement une chanson popularisée que l'on entend beaucoup trop à la radio. Cette chanson lui traverse le corps, l'esprit...
Cette même femme, qui marche la tête haute, le regard confiant, toujours le sourire au lèvre. Cette femme, elle pleure en entendant les paroles de cette chanson. Car malgré ce qu'elle dégage, la vie lui offre les épreuves nécessaires pour lui faire prendre conscience de toute sa vulnérabilité. 

C'est beau la vulnérabilité; elle a lu ça quelque part. Elle l'a peut-être même déjà écrit. Elle y croit; Juste pas ce soir.

Il y a un dicton qui mentionne que dans la vie l'on reçoit seulement les combats dont nous avons la force de combattre. En théorie, c'est bien beau mais l'appliquer quand la vie nous considère comme une personne forte c'est autre chose. Quand les épreuves se bousculent à sa porte comme un vent de janvier, une tempête qu'elle est assez forte pour surmonter. Elle aura froid c'est bien certain, elle risque des engelures... Mais sa force l'aidera à s'en sortir. Elle pourra être fière de se relever. Du moins, c'est ce qu'on lui dit. On lui dit qu'elle est forte. On lui dit qu'elle surmontera cette montagne comme toutes les autres. On lui dit qu'elle est forte et on l'a laisse aller. On lui dit que c'est normal d'avoir mal, mais qu'elle s'en sortira, parce qu'elle est forte.

Et si elle arrêtait d'être forte, si elle baissait les bras, est-ce que la vie comprendrait? Est-ce que les épreuves cesseraient? Si ce dicton est vrai, aurait-elle une pause? Aurait-elle un brève répit?

Elle ne demande qu'un moment de bonheur sans intermission. On lui dit que ce moment est tout près, un dernier combat, un dernier effort, c'est à porter de main. 

Mais ce vent, il apporte avec lui la poudrerie; Impossible de voir plus loin. Un procès en cours, une séparation passer sous silence, la maladie d'un enfant... Un tourbillon émotionnel qui bouleverse un quotidien déjà chaotique.

Alors, ce soir, elle refermera la porte devant cette froideur. Elle se blottira au fond de son lit et elle tentera d'accepter qu'être forte viens avec son lot d'épreuve. Elle se répétera ce qu'on lui à si souvent dit. Elle tentera de se convaincre qu'elle est assez forte, que le bonheur est tout près, qu'il est accessible. Elle pèsera le pour et le contre. Elle se sentira coupable, de ne pas apprécier sa vie autant qu'elle ne le voudrait. Elle s'en voudra d'être négative devant cette vie qui lui permet d'être maman, d'avoir des gens autour d'elle, d'avoir un emploi qui la rend heureuse. Elle s'en voudra de laisser le vent souffler et diminuer la lueur de sa flamme. Elle s'en voudra de ne pas être aussi forte qu'elle aimerait l'être. Ce soir, elle demandera qu'on lui accorde une pause, juste avant de s'endormir sur son oreiller mouillée. 

Et demain, quand le réveil sonnera, elle prendra ses enfants dans ses bras, pour une journée de plus, se demandant si la vie lui accordera cette pause. Elle sourira, comme à son habitude. Elle gardera en elle ce mal-être pour ne pas déranger, jusqu'à réussir à le mettre de côté. Elle trouvera la force de continuer. Peut-être qu'à force de se relever chaque matin, elle verra en elle la même force que les gens arrivent à percevoir. Puis, elle se rappellera que les moments difficiles sont temporaires... qu'on paie tous un jour pour nos expériences et que certains paient pour cette expérience tôt dans leur vie... qu'ensuite les nuages se tassent et que la vie continue. 

Comments

Popular Posts